Prière quotidienne

Prière

Guerison de la belle mere de pierrePriere

Chant : Veni Creator Spiritus

Viens, Esprit Créateur,

visite l'âme de tes fidèles,

emplis de la grâce d'En-Haut

les cœurs que tu as créés.

 

Toi qu'on nomme le Consolateur,

Le don du Dieu très-Haut,

La source vivante, le Feu, la Charité,

L'Onction spirituelle.

 

Tu es l'Esprit aux sept dons,

le doigt de la main du Père,

Son authentique promesse,

Celui qui enrichit toute prière.

 

Fais briller en nous ta lumière,

Répands l'amour dans nos cœurs

Soutiens la faiblesse de nos corps

Par ton éternelle vigueur !

 

Repousse au loin l'Ennemi,

Donne-nous la paix qui dure ;

Que sous ta prévenante conduite,

nous évitions tout mal et toute erreur.

 

Fais-nous connaître le Père,

révèle-nous le Fils,

et toi, leur commun Esprit,

fais-nous toujours croire en toi.

 

Gloire soit à Dieu le Père,

au Fils ressuscité des morts,

à l'Esprit Saint Consolateur,

maintenant et dans tous les siècles.

Amen.

Prière du samedi 30 mai

- Lectures du jour

 

PREMIÈRE LECTURE

« Paul demeura à Rome ; il annonçait le règne de Dieu » (Ac 28, 16-20.30-31)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

À notre arrivée à Rome,
Paul a reçu l’autorisation d’habiter en ville
avec le soldat qui le gardait.
Trois jours après,
il fit appeler les notables des Juifs.
Quand ils arrivèrent,
il leur dit :
« Frères, moi qui n’ai rien fait contre notre peuple
et les coutumes reçues de nos pères,
je suis prisonnier depuis Jérusalem
où j’ai été livré aux mains des Romains.
Après m’avoir interrogé,
ceux-ci voulaient me relâcher,
puisque, dans mon cas,
il n’y avait aucun motif de condamnation à mort.
Mais, devant l’opposition des Juifs,
j’ai été obligé de faire appel à l’empereur,
sans vouloir pour autant accuser ma nation.
C’est donc pour ce motif
que j’ai demandé à vous voir et à vous parler,
car c’est à cause de l’espérance d’Israël
que je porte ces chaînes. »
Paul demeura deux années entières
dans le logement qu’il avait loué ;
il accueillait tous ceux qui venaient chez lui ;
il annonçait le règne de Dieu
et il enseignait ce qui concerne le Seigneur Jésus Christ
avec une entière assurance et sans obstacle.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME

(10 (11), 4, 5.7)

R/ Les hommes droits te verront face à face,
Seigneur.
ou : Alléluia !
 (cf. 10, 7c)

Le Seigneur, dans son temple saint,
le Seigneur, dans les cieux où il trône,
garde les yeux ouverts sur le monde.
Il voit, il scrute les hommes.

Le Seigneur a scruté le juste et le méchant :
l’ami de la violence, il le hait.
Vraiment, le Seigneur est juste ; il aime toute justice :
les hommes droits le verront face à face.

 

ÉVANGILE

« C’est ce disciple qui a écrit ces choses ; son témoignage est vrai » (Jn 21, 20-25)

Alléluia. Alléluia.
Je vous enverrai l’Esprit de vérité, dit le Seigneur ;
il vous conduira dans la vérité tout entière.
Alléluia. (cf. Jn 16, 7.13)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus venait de dire à Pierre : « Suis-moi. »
S’étant retourné, Pierre aperçoit, marchant à leur suite,
le disciple que Jésus aimait.
C’est lui qui, pendant le repas,
s’était penché sur la poitrine de Jésus
pour lui dire :
« Seigneur, quel est celui qui va te livrer ? »
Pierre, voyant donc ce disciple, dit à Jésus :
« Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? »
Jésus lui répond :
« Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne,
que t’importe ?
Toi, suis-moi. »
Le bruit courut donc parmi les frères
que ce disciple ne mourrait pas.
Or, Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait pas,
mais :
« Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne,
que t’importe ? »

C’est ce disciple qui témoigne de ces choses
et qui les a écrites,
et nous savons que son témoignage est vrai.
Il y a encore beaucoup d’autres choses que Jésus a faites ;
et s’il fallait écrire chacune d’elles,
je pense que le monde entier ne suffirait pas
pour contenir les livres que l’on écrirait.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

- Méditation de la Parole

Source : Jésus aujourd'hui, Méditer avec les Carmes

 

Ce que l’Eglise nous fait lire dans la finale de l'Évangile de Jean, c’est une sorte d’évangile de l’amitié :

- amitié des apôtres galiléens qui partent pour la pêche - amitié de Jésus, le Ressuscité, qui partage avec eux un repas de pain et de poisson - amitié de Pierre pour Jésus, réaffirmée trois fois après le triple reniement - amitié de Jésus pour Pierre, qui le suivra jusqu’à la mort violente - amitié, enfin, de Pierre et de Jean, nouée depuis longtemps à la pêcherie, au bord du lac, et que Jésus a mainte fois mise à profit en vue du Royaume.

Pierre aurait pu se contenter de la consigne que Jésus lui laissait : « Toi, Pierre, suis-moi ! », consigne qui était à la fois un programme de vie et une prédiction sur sa mort ; mais Pierre, qui se soucie de Jean, son ami, s’enhardit à demander à Jésus : « Et lui, Seigneur ? »

La réponse de Jésus reste volontairement vague pour l’avenir : "Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ! Toi, suis-moi !". Apparemment ces paroles de Jésus ne concernent que les deux disciples ; en fait elles contiennent pour nous tous, disciples du Seigneur, une grande leçon de liberté spirituelle.

Pierre et Jean sont tous deux les amis du Seigneur, et même tous deux des amis privilégiés ; or leurs destins seront très différents : Pierre, berger du troupeau, n’aura pas le temps de sentir la fatigue d’une vie de prédication, il mourra sous Néron ; Jean sera le témoin de Jésus dans la durée, il aura à transmettre la flamme de la révélation aux deux générations suivantes. Ainsi, à ses amis, à ses témoins, Jésus ne demande ni la même vie, ni la même mort ; et la conséquence pour nous est immédiate : nous n’aurons à copier la mort de personne sur terre, et nous n’avons aucune vie à imiter. Nous n’avons pas à regarder autour de nous, à droite ou à gauche, pour apprendre comment moduler notre réponse à Dieu, et il serait illusoire de chercher des repères pour nous-mêmes dans le cheminement des autres. "Que t’importe ce que j’attends de l’autre, nous dit Jésus. Toi, suis-moi !". À quoi fera écho la consigne de Paul : "Que chacun donne comme il a résolu dans son cœur".

Nous ne pouvons ni prévoir ni mesurer ce que Dieu donne aux autres et ce que Dieu demande à d’autres, parfois proches de nous et très chers. Jésus adresse à chacun/e un appel précis, personnel, singulier, et personne ne peut jauger la fidélité d’autrui. L’important, pour tout disciple, est de ne pas mettre de limites à sa propre réponse : "Toi, suis-moi !"

Certes les chrétiens prennent souvent des engagements tout-à-fait similaires : deux époux se promettent fidélité et soutien, au sein d’un unique foyer; les consacré(e)s d’un même ordre promettent tous à Dieu la pauvreté et l’obéis­sance dans le cadre parfaitement repérable d’une même institution; et il est clair que ces promesses faites à Dieu demeurent la pierre de touche de la fécondité ou du vide de nos existences: "Toi, suis-moi. C’est ton devoir de me suivre, et c’est ton vrai bonheur". Mais la mesure, la pesée, le discernement, ne valent qu’à l’intime de chaque conscience. Je ne puis absolument pas, à partir de ce que Dieu me demande, deviner ni mesurer ce qu’il demande à l’autre.

Le sérieux ou la misère de notre réponse à Jésus est finalement affaire personnelle ; c’est le test de notre amour pour lui, et nous ne pouvons ni nous en remettre paresseusement à la fidélité des autres, ni tirer un alibi de leurs faiblesses.

Nous sommes toujours tentés de lire notre vie dans le miroir de l’opinion des autres ou de lire leur vie au miroir de notre propre senti. Jésus nous ôte doucement le miroir des mains : "Que t’importe ! Toi, suis-moi".

​​

- Citation du pape François

Avec l'Esprit Saint, il se passe toujours quelque chose. Quand il souffle, il n'y a jamais de calme plat.

 

- Prière

Au terme de ces fêtes pascales, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de garder la Pâque de ton Fils présente dans notre vie.

Homélie du 7e dimanche de Pâques

En ce dimanche entre Ascension et Pentecôte, nous sommes invités à fixer notre regard sur Jésus ; il prie ! Regardons-le et disons-lui : "Seigneur, apprends-nous à prier" !

Dans cette page de l'évangile de Jean, nous assistons à la dernière prière de Jésus avant sa mort. Dans sa prière, Jésus parle de la vie éternelle qu'il va donner. Il est bien clair qu'il parle d'une autre vie que la vie biologique. Mais, qu'est-ce que la vie éternelle ? Jésus donne la réponse :

La vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, Toi, le seul vrai Dieu, et Celui que tu as envoyé, Jésus-Christ !

Alors une première question nous est adressée : est-ce que nous connaissons Dieu, Jésus, et comment les connaissons-nous ?

Pour répondre, nous sommes renvoyés à notre vie de prière : quelle place donnons-nous chaque jour à la prière, à ce coeur à coeur avec Dieu, à cette intimité avec Lui ?

La connaissance que Jésus révèle de Dieu, elle se révèle dans le dialogue qu'il a avec son Père, un dialogue qui montre un amour parfait, sans faille, sans tache entre le Père et le Fils.

Dans cet évangile, le mot "donner" est répété de nombreuses fois par Jésus ; la vie que Jésus donne, c'est la sienne, la vie divine, c'est la vie que Jésus reçoit du Père, et le Père a tout donné à son Fils ; Il lui donne les paroles qu'il doit dire, il donne les disciples à Jésus ! "Tout ce qui est à moi est à Toi et tout ce qui est à Toi est à Moi" ; c'est la même Parole que le Père du Fils prodigue disait à son fils aîné qui revenait des champs et qui s'enfonçait dans la jalousie en voyant revenir son jeune frère.

"Tout ce qui est à moi est à toi et tout ce qui est à toi est à moi" : c'est l'expression parfaite de l'amour ; deux êtres qui s'aiment, c'est ça ! Ils sont l'image de l'amour de Dieu le Père avec son Fils.

Et pour parler de la vie éternelle, Jésus dira : "la vie éternelle, c'est de te connaître, Toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé Jésus-Christ !"

La connaissance, elle engage tout l'être, toute la personne.

On ne connaît vraiment quelqu'un que lorsqu'on ne fait plus qu'un avec lui !

Connaître, c'est être en parfaite communion, c'est tout donner et tout recevoir de l'autre.

Quand on fait un cadeau à quelqu'un, il y a un double mouvement : celui qui offre et celui qui reçoit ; à la messe, nous disons "il prit le pain et le leur donna..."

Toute la mission de Jésus a été de donner la vraie connaissance de Dieu : "j'ai fait connaître ton Nom - Je leur ai donné les Paroles que tu m'avais données !

Ainsi la vie éternelle, c'est une grâce, un don de Dieu, un cadeau de Dieu ; or, un don doit être accueilli ! et nous lisons : " ils ont reçu les paroles que je leur ai données ; ils ont reconnu que je suis venu d'auprès de Toi ; ils ont cru que c'était Toi qui m'avais envoyé ; ils ont gardé fidèlement ta Parole... 4 verbes : recevoir, reconnaître, croire, garder, qui montrent combien Dieu aime et respecte l'homme, tout homme !

La vie éternelle est à la fois un don et un accueil, et nous avons la liberté de recevoir ce cadeau de Dieu : "prenez, mangez" ! c'est l'eucharistie...

Avec l'Ascension, Jésus est physiquement absent, mais il demeure là, présent tous les jours jusqu'à la fin des temps : c'est l'Eglise, animée par l'Esprit !

"Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps" !

Entre Ascension et Pentecôte, frères et soeurs, prenons le temps de l'émerveillement, de l'adoration, du silence dans la prière qui nous prépare à recevoir l'Esprit-Saint.

Alors que nous allons pouvoir réhabiter nos églises, ne manquons plus le rendez-vous de l'eucharistie ! Durant deux mois, nous en avons été privé... Que cette privation ravive en nous le désir, la faim de Dieu, la faim de recevoir le Corps du Christ ressuscité, qui vient nourrir nos coeurs, et nous garde dans l'espérance.

Père Pierre GIROD

 

Quête en ligne

Quete catholiqueEn cette période de confinement, il est offert aux catholiques de notre diocèse de continuer à participer à ce geste liturgique qu’est la quête en versant leur offrande grâce à une plate-forme temporaire de collecte en ligne.
Les montants versés sur cette plateforme nationale, rapide et sécurisée seront intégralement reversés aux paroisses.

 

Pour accéder au site, cliquez ici.

Il suffit ensuite de sélectionner le diocèse : SAINT-CLAUDE (39), d'indiquer le nom de votre paroisse (Saint-Claude, Les Hautes Combes,  Longviry ou Vallée-de-Saint-Romain-de-Roche) et le montant de votre don. Dans la colonne centrale, il vous est demandé d'indiquer votre adresse mail. A droite, vous sélectionnez  votre carte de paiement et renseignez le numéro de votre carte, la date d'expiration et le code de sécurité. Ces renseignements fournis, cliquez sur "Je confirme mon paiement par CB".