Accueil

7 juin : Fête de saint Claude

Fete de saint claude

Ce dimanche 7 juin à 10H30, la cathédrale était en fête :

- d’une part, nous fêtions la Sainte Trinité. Une semaine après la Pentecôte où nous célébrions la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres, puis sur chaque baptisé, la fête de la Sainte Trinité rappelle cette union entre les trois personnes de la Trinité. Chacune des trois personnes n’existe qu’en union avec les deux autres dans une parfaite relation d’amour.

- d’autre part, nous fêtions saint Claude, saint patron de notre diocèse. Si le pèlerinage diocésain n’a pu avoir lieu compte tenu des contraintes sanitaires, les paroissiens étaient présents pour prier saint Claude et rendre hommage à ce fidèle témoin de l’amour de Dieu.

Pour l’occasion, comme pour la fête de la Pentecôte, la cathédrale était presque pleine, certes avec la distanciation rendue nécessaire par les contraintes sanitaires, mais qui témoigne tout de même du profond attachement des fidèles au saint Patron de notre diocèse. Sa fête a été célébrée comme il se devait, au cours d’une très belle messe présidée par le Père Girod. La beauté de la célébration a été rehaussée par le jeu des orgues de la cathédrale et les chants superbement interprétés par la chorale dans des circonstances pourtant pas favorables, ses membres étant éloignés les uns des autres. Bravo aux choristes et à leur chef de chœur Jean-Pierre Comoy !

Durant la célébration, les reliques de saint Claude avaient été déposées devant l’autel et honorées par une belle composition de fleurs. A la fin de la célébration, les reliques ont été emportées jusqu’à la chapelle de saint Claude, suivies par les paroissiens qui ont entonné l’hymne à saint Claude. La fête s’est achevée par la prière à saint Claude.

Comme pour le dimanche de Pentecôte, une 2e messe a été célébrée à 18H à la cathédrale. Si les fidèles étaient moins nombreux, ils étaient tout aussi heureux de célébrer la fête du saint Patron de notre diocèse.

 

Photos © Blandine Dubrulle

6 juin : les pèlerins de Pissenavache fêtent saint Claude

Samedi 6 Juin 2020, 6 pèlerins de Pissenavache sont venus fêter saint Claude, une tradition qui, semble-t-il, remonte à plusieurs siècles. En effet, chaque année, quelques habitants de ce village du haut-Doubs viennent prier saint Claude et confier leur village à sa protection.

Samedi dernier, cette sympathique délégation a participé à la messe à la cathédrale, devant le reliquaire de saint Claude, avant de partager un repas très convivial.

Merci à Madame MOYSE qui a entraîné avec elle ses enfants pour ce pèlerinage, car ce sont eux qui vont assurer la relève.

Ces pèlerins rentraient dans leur village pour 18 h où une autre messe réunissait tout le village, en l’honneur de saint Claude.

Photo pelerins pissenavache

Photo © Nelly Michaud

 

31 mai : Fête de la Pentecôte

Pentecote 1

Ce dimanche 31 mai, les paroissiens de notre doyenné ont pu renouer avec ce qui constitue la source et le sommet de la vie chrétienne : l’Eucharistie. Cette joie était encore plus marquée en ce dimanche où nous fêtions la Pentecôte, la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques.

Avant de monter au Ciel, le Christ l’avait annoncé aux apôtres : « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8).

En fêtant la Pentecôte, nous nous rappelons que nous avons nous aussi reçu cette force de l’Esprit. Nous sommes donc invités à prendre conscience de cette force qui est en nous et laisser l’Esprit Saint faire luire sa lumière en nous, à verser l’amour en nos cœurs, comme nous l’avons chanté dans la séquence de la Pentecôte avant la proclamation de l’Évangile. Le pape François l’a rappelé dans son homélie de ce dimanche de Pentecôte, l’Esprit Saint, « mémoire de Dieu, ravive en nous le souvenir du don reçu ». Qu’il fasse de nous des bâtisseurs d’unité, qu’il nous donne « le courage de sortir de nous-mêmes, de nous aimer et de nous aider, pour devenir une unique famille. »

Après ce (trop) long temps où nous avons été privés d’Eucharistie, la joie était visible et ce, malgré les masques ! Joie également de se retrouver, même si le respect des consignes sanitaires en limitait son expression. Afin de permettre à tous de pouvoir participer à la messe en cette solennité de Pentecôte, 4 messes ont été célébrées dans notre doyenné : 2 à la cathédrale, une à La Pesse et une à Viry. La mobilisation de tous a permis de fêter comme il se devait cette grande fête de la Pentecôte, tout en garantissant la sécurité de chacun.

 

Vidéo : Offertoire, hymne à l'Esprit Saint (chorale de la cathédrale). Téléchargez la vidéo en cliquant ici

 

Photos © Yves-Marie Leborgne, Sylvie Fontaine et Blandine Dubrulle

16 mai : Le père Roger Perrin nous a quittés

Photo pere perrinLe père Roger Perrin a quitté ce monde le samedi 16 mai à l'âge de 90 ans, dont 65 de sacerdoce. Une célébration dans l'intimité aura lieu le mardi 19 mai à l'église de Viry. Notre prière l'accompagnera.

Le père Roger Perrin résidait à Viry depuis 15 ans. Il avait en effet rejoint ses chères montagnes du Haut-Jura lorsqu'il avait atteint l'âge de la retraite et il résidait avec sa soeur Marie-Thérèse. Les liens avec les paroissiens du doyenné étaient étroits et tous l'appréciaient. Le 15 février dernier, c'est entouré de parents, voisins et amis qu'il avait célébré une messe, accompagné du Père Pierre Girod qui avait suggéré cette célébration, pour fêter ses 90 ans ainsi que ses 65 années de sacerdoce. Avant de partager le verre de l'amitié, il avait même récité la prière à la Vierge Marie en grec ! Ce fut un beau moment de partage, reflet d'une vie consacrée au service de l'Eglise et de ses frères. Père Roger Perrin, nous ne vous oublierons pas !

Retrouvez la nécrologie sur le site du diocèse : cliquez ici.

 

Du 25 avril au 1er mai : Pèlerinage spirituel à Lourdes

Pelerinage spirituel lourdesDu 25 avril au 1er mai, plus de 500 pèlerins jurassiens devaient se rendre à Lourdes pour le traditionnel pèlerinage diocésain.

Malheureusement, la terrible pandémie du Covid19 est venue anéantir ce rassemblement si important pour tous les pèlerins.

Pour maintenir le lien avec tous durant cette période, le sanctuaire de Lourdes propose un pèlerinage spirituel qui débute pour les jurassiens dimanche 25 avril, date prévue pour l'arrivée des pèlerins à Lourdes.

Pour ce premier jour, les intentions des pèlerins jurassiens seront lues lors de la messe et du chapelet.
Tous les jours les chapelains prient pour les pèlerinages qui auraient dû être présents à la messe de 10h00 et au chapelet de 15h30, deux rendez-vous retransmis sur KTO (lien).

Un grand cierge brûle à la Grotte pour vous représenter.

Nous vous proposons de visionner cette vidéo sur Lourdes, sur la chanson "Madame" , extraite du spectacle musical Bernadette de Lourdes :

Pâques vécu en famille en période de confinement

Cette année, avec le coronavirus et le confinement, les chrétiens ont vécu Pâques autrement. Les célébrations de la Semaine Sainte nous ont évidemment manqué, mais la joie de Pâques était là. Comme chaque année, nous sommes invités à revivre le mystère pascal où l’homme, rétabli dans sa dignité, trouve l’espérance de la résurrection. Le message de Pâques invite en effet à l’espérance et à la joie, peut-être encore plus dans les périodes difficiles. Quelles que soient les épreuves que nous rencontrons, notre Dieu nous aime. Jésus est mort par amour pour les hommes, il a pris sur lui tous nos péchés, il s’est fait le plus petit, afin de pouvoir s’élever en nous entraînant avec lui sur le chemin qui mène au Père. Notre foi nous permet d’espérer de pouvoir ressusciter à la suite de Jésus.

Les moyens modernes de communication, télévision et internet, nous ont permis de vivre la Semaine Sainte et le jour de Pâques en lien les uns avec les autres. Diverses propositions ont permis de préparer nos cœurs à vivre la fête de Pâques, à prendre conscience de ce formidable geste d’amour de Dieu pour les hommes. Les familles ont par exemple pu vivre ce temps de manière particulière. Les catéchistes et le père Girod ont proposé de vivre la Semaine Sainte autour d’une activité manuelle : la réalisation d’un jardin de Pâques. Cette proposition a été relayée sur le site du doyenné durant toute la semaine qui a précédé Pâques. Par ce biais, les enfants ont vécu le cheminement chrétien vers Pâques, une manière de préparer son cœur à la joie pascale.

Jardin de paques rameauxLe dimanche des Rameaux, le décor est planté : un chemin menant à Jérusalem et le tombeau vide déjà présent. Sur le chemin, les enfants préparent un chemin digne du Seigneur : ils déposent sur la route de Jésus des vêtements dessinés et découpés et plantent des branches de buis le long du chemin. Comme la foule à l’époque de Jésus, nous pouvons louer Dieu à pleine voix.

 

Jardin de paques jeudi saintLe Jeudi saint, les enfants ont dressé la table pour le dernier repas de Jésus avec ses disciples. Le pain et la coupe de vin sont présents : ils représentent le corps et le sang de Jésus, livrés pour nous et tous les hommes en rémission des péchés. Nous revivons la Sainte Cène, comme Jésus nous l’a demandé : «  Faites cela en mémoire de moi ».

 

Jardin de paques vendredi saintLe Vendredi saint, c’est le jour ou Jésus est arrêté, jugé et mis à mort sur une croix, aux côtés de deux autres condamnés. Les enfants ont confectionné trois croix et les ont installées au-dessus du tombeau sur le Golgotha. Nous revivons ainsi les étapes du chemin de croix de Jésus et le remercions pour sa vie donnée. Jésus est déposé au tombeau et la pierre est roulée devant l’ouverture.

Le Samedi saint, Jésus est au tombeau. C’est un temps d’attente et de recueillement.

 

Jardin de paques paquesLe jour de Pâques, les enfants roulent la pierre pour ouvrir le tombeau. Un linceul plié est installé dans le tombeau et un ange placé devant la pierre. Il annonce la Bonne Nouvelle : Jésus est ressuscité ! Les enfants fleurissent le jardin et mettent une bougie. La lumière symbolise la présence du Christ, lumière du monde, au milieu de nous.

Toutes ces étapes ont été vécues en lien avec les célébrations de la Semaine Sainte. De la maison, nous avons ainsi pu suivre en direct les messes célébrées par les pères Patrick Gorce et Vincent Billard, en lien avec les chrétiens des paroisses de notre diocèse. Unis par la prière, le cœur rempli de la même joie, nous avons pu dire ensemble : « Jésus est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !!! »

Le jardin de Pâques présenté ci-dessus a été réalisé par Rose, Jean et Pierre.

 

27 mars : Prière et bénédiction historique du pape François

Benediction pape francoisCe vendredi 27 mars à 18H00, face à la pandémie de covid-19, le pape François a invité l’ensemble des fidèles à s’unir à lui, par le biais des médias, pour un moment de prière sur le parvis de la basilique Saint-Pierre de Rome. Un évènement historique qui s’est achevé par une bénédiction Urbi et Orbi (« à la Ville et au Monde »). L’image restera longtemps gravée dans les mémoires, celle du pape s'avançant seul sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Mais la solitude n’est qu'apparente puisque des millions de chrétiens l'ont accompagné à travers le monde, via la télévision, la radio et Internet. Face à la pandémie de covid-19, nous sommes appelés à répondre par « l’universalité de la prière, de la compassion et de la tendresse », a rappelé le pape François. L'évangile selon saint Marc (4, 35), choisi pour l'occasion, a pris un sens particulier dans le contexte actuel : passage dans lequel Jésus et ses disciples essuient une violente tempête alors qu'ils sont dans une barque. Les disciples réveillent Jésus qui calme la tempête et adresse à ses disciples ce message :  « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » En commentant ce passage de l'évangile, le pape François a voulu adresser un message fort à tous les chrétiens : retrouvez ici le texte intégral de la méditation du pape (ou en vidéo ici).

Après un temps de silence, le pape s’est avancé vers l’entrée de la basilique Saint-Pierre. À droite, il s’est incliné devant l’icône Salus Populi Romani ("sauvegarde du peuple romain") avant de rejoindre, le Christ miraculeux déplacé pour l'occasion de l'Eglise de San Marcello. Ce crucifix est célèbre pour avoir sauvé Rome de la grande peste de 1522.

Après avoir embrassé les pieds du Christ sur la croix, le souverain pontife s'est recueilli devant le Saint-Sacrement pour un moment d’adoration eucharistique. Il a ensuite donné sa bénédiction Urbi et Orbi, « à la Ville et au monde ». Il a conclu cette veillée de prière historique en prononçant la formule pour la proclamation de l'indulgence plénière, grâce accordée exceptionnellement pour effacer les conséquences du péché en guérissant ce que le péché a blessé en nous.

 

Mercredi 25 mars : un signe d'espoir

Comme un peu partout en France, à 19H30, les cloches de nos églises ont sonné pendant dix minutes. Cela a été le cas des cloches de la cathédrale qui ont sonné à pleine volée en cette fête de l'Annonciation, manifestant ainsi notre fraternité et notre espoir commun.

Bougies annonciationEn réponse à ce signe d’espoir, les évêques de France ont invité tous ceux qui le voulaient à allumer des bougies à leur fenêtre. Les catholiques ont donné à ce geste une signification particulière en cette fête de l'Annonciation. De nombreuses bougies ont donc été allumées : une lueur d'espoir pour les voisins et une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.

Après avoir allumé les bougies, les fidèles ont lu, seuls ou en famille, le récit de l’Annonciation, dans l’Évangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 26 à 38 (vous pouvez télécharger le texte ici).

Par son "Oui", Marie a ouvert un nouveau chemin à l'humanité. Le récit de l’Annonciation nous aide à préparer la venue du Seigneur Jésus et réaliser le dessein d’amour de Dieu sur nous. Le mystère de l’Esprit Saint et la puissance du Très-Haut nous sont révélés. A nous aussi, il est donné de dire notre propre « oui, » pour entrer dans une alliance profonde avec Jésus. Cet amour renouvelle notre vie et nous entraîne bien au delà de nos espérances. Notre oui, dans le oui de Marie, nous ouvre une réponse à l’amour infini de Dieu.